AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Wicked Game ~ PV Sebastian Harker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
- :
Messages : 36
Date d'inscription : 29/01/2018
Age : 22
Localisation : Avec un élève, ou à table
MessageSujet: Wicked Game ~ PV Sebastian Harker   Ven 9 Fév - 17:49

Il se faisait tard ; la Nuit au Musée avait du succès depuis la guerre, comme si les gens avaient soudain extraordinairement besoin de distractions culturelles. En sortant du restaurant, ou du fast food pour les plus jeunes, les citadins venaient profiter des éclairages nocturnes qui ajoutaient une dimension pyrotechnique aux oeuvres exposées. En ce moment, des sculptures modernes et antiques mises en résonnance. Et il y avait là un jeune homme qui flânait dans le hall en ramassant des prospectus, pour proposer à ses amis d'autres visites plus tard, sans doute. Il venait toujours seul, celui-là. Etrangement, il repartait parfois accompagné.

L'employé du musée sortit de derrière son guichet, les sourcils froncés. Le hall était naturellement interdit aux animaux. Or, il venait de voir un grand chien noir, famélique, à la gueule de loup et au pas silencieux, qui emboîtait le pas au jeune visiteur aux cheveux longs. Il ne l'avait aperçu que du coin de l'oeil, avant que la bête disparaisse derrière le coin du mur. Mais il était absolument certain de ce qu'il avait vu, et ça ne lui plaisait pas du tout. Depuis la guerre, une bonne partie des gens étaient facilement nerveux, devant tout ce qui évoquait une irruption du fantastique dans leur quotidien.

"Monsieur ? Il est à vous, ce chien ?"

Tout en parlant, l'employé avait suivi l'ombre, mais en tournant le coin, il s'aperçut que la piste s'arrêtait net, sur un mur où était collée une affiche représentant une route qui s'enfonçait dans la forêt. Un frisson de malaise immédiat remonta son échine. Ce client-là, il n'était pas net. C'était une de ces Créatures. Et le pire, c'est que ça ne se voyait pas ; il s'y serait laissé prendre. Il en était fortement vexé. Impossible d'appeler le service d'ordre, car au fond, aucune contravention n'avait été commise, mais l'envie l'en démangeait, ne serait-ce que pour se trouver moins seul.

"Il n'y a pas de chien," lança Noah. "C'est mon ombre. Ne vous en faites pas, ça arrive souvent, une illusion d'optique." (Ma faim matérialisée. La lune est haute ce soir. Des mots qu'il ne pouvait pas prononcer.) "...Vous avez beaucoup travaillé aujourd'hui ?"

Et il se foutait de lui, en plus, ce petit con. Cette fois, l'employé était bien décidé à procéder à un signalement. Il n'allait pas le laisser courir dans la nature impunément, et se transformer en loup ou qui sait quoi d'autre, devant l'école maternelle de sa fille, par exemple. Décrochant son talkie-walkie de sa ceinture, l'homme lança, sans quitter des yeux le client narquois : "Willy ? J'ai un petit malin dans le hall, qui a fait rentrer un chien... Comment dire, un gros chien, mais du genre immatériel. Tu viens m'appréhender ça ?"

Il aurait des surprises, le petit malin : Willy était spécifiquement formé au combat avec les créatures surnaturelles. Il les étudiait avant même que le commun des mortels n'apprennent leur existence. Un vrai chasseur de fantômes, qui patrouillait la nuit dans les cimetières avec une caméra thermique, et qui explorait les vieilles bâtisses en enregistrant les craquements de portes. On le prenait pour un taré, à l'époque, mais maintenant, il avait la classe, c'était presque un super héros. Bientôt, les deux hommes encadrèrent Noah qui recula instinctivement contre un mur ; mais contrairement à son ombre, il ne pouvait pas y disparaître. Il employa sa parade habituelle en pareil cas. La traîtrise. A son grand dam, il n'était pas question de sortir ses crocs dans un endroit pareil.

"Je comprends où se situe la méprise, messieurs, vous me prenez pour une de ces maudites Créatures qui infestent notre environnement. Ne vous inquiétez pas ; nous sommes entre gens du même bord. Je partage votre aversion."

Il y avait du monde qui passait, quelqu'un qui attendait au guichet, ça détournerait vite leur attention. Les deux hommes allaient reconnaître qu'ils n'avaient pas besoin de s'attarder auprès de lui, simple quidam courtois, qui ne troublait pas objectivement l'ordre public. Noah décida d'en remettre une couche. Il les sentait dubitatifs. Sombres abrutis. C'était décidé : ce soir, il suivrait l'un d'entre eux - il n'avait pas encore décidé lequel, ce serait la conversation qui le lui dirait - et le ferait disparaître en cours de trajet, vite et propre, comme il en avait le talent. En attendant, c'était tellement facile de faire le vieux facho... Ironiquement, son père avait ce genre de discours, mais orientés dans le sens inverse. Il s'emporta dans une tirade de plus en plus véhémente, tandis qu'un sentiment de pouvoir naissait dans son âme fourbe, à voir le guichetier comme le vigile perdre peu à peu leur hostilité, et adopter des sourires entendus :

"En fait, je trouve qu'on devrait tous les tuer. Surtout les Wendigos, vous savez ce que c'est qu'un wendigo ? Les pires des saloperies. Ils sont tous fichés, ça serait facile de faire une descente de police et de cramer tout ça pendant la nuit, et on éluciderait pas mal d'affaires de disparitions, en fouillant leur baraque, croyez-moi. Nos officiels ne font pas leur boulot, c'est ça le problème. Protéger et servir, c'est ça leur devise non ? A se demander au service de qui ils sont vraiment."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modérateur
- :
Messages : 79
Date d'inscription : 01/11/2017
Age : 35
Localisation : Demon Heights, dans la tour Harker Corporation
MessageSujet: Re: Wicked Game ~ PV Sebastian Harker   Mar 13 Fév - 8:09


Wicked Games


Les balades au musée étaient vraiment d'un grand divertissement. Malgré le monstre que je peux représenter pour certain j'étais tout de même armé d'une certaine sensibilité artistique. Certes je n'avais jamais réellement touché à une quelconque forme d'art mais rien que dans le visuel j'y ressentais des choses: des émotions, des pensées, des folies, des prises de position... C'était une expérience intéressante à faire si cela intéressé vraiment les personnes venant au musée.

Je me baladais donc le long des galeries, la tête un peu dans les nuages en baladant mon regard sur les objets qu'il pouvait y avoir ici. Et dire que j'étais parfois plus vieux que les objets exposé... Ça avait le don de me faire rire ce genre de choses.
Cependant ma bonne humeur fut bien perturbée lorsque mon ouïe fine entendit des mots inqualifiables envers nous les créatures surnaturelles, sûrement déclarés par un de ses humains qui nous détestent... Cela avait bien le don de m'énerver au plus haut point. C'est alors que j'y arrivais vers les voix que j'avais perçu un peu plus loin. J'arrivais alors et remarquait un jeune homme en train de parler avec un des gardiens. Étrangement le gardien ne semblait pas super content que le jeune homme se présente à lui. Peut-être était-il tout aussi perturbé que je pouvais l'être avec les mots qu'il semblait avoir déclaré? Je m'approchais alors de deux hommes et regardais le gardien en souriant d'un air rassurant.

- Un soucis monsieur?

Je me tournais alors vers le plus jeune. Si jamais il y avait un soucis, mes agents de sécurité n'étaient pas loin. Car certes je semblais être venu seul mais je ne l'étais jamais vraiment.

- Etiez-vous en train d'importuner ce pauvre monsieur qui ne fait que son travail? J'espère que non.

Code by Fremione.


_________________
My Heart Is A Ghost Town
   I died last nigh, the time was thron at the wind; . I walked into the flames, called out your name but there was no answer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
- :
Messages : 36
Date d'inscription : 29/01/2018
Age : 22
Localisation : Avec un élève, ou à table
MessageSujet: Re: Wicked Game ~ PV Sebastian Harker   Mar 13 Fév - 23:19

Alors que les deux hommes commençaient à être lentement convaincus par ses déclarations, un troisième larron vint se mêler à la fête. Noah le dévisagea en se demandant s'il le connaissait déjà. Mais c'était probablement un type important ; il se comportait un peu comme l'aurait fait le directeur du musée. Ou juste quelqu'un qui se sentait automatiquement concerné par les affaires des autres. Dans les deux cas, c'était fort intéressant. Noah prenait soin de cultiver les relations comme celles-là ; on ne savait jamais quand elles se révéleraient utiles. Pour le moment, il fallait déjà se dédouaner de l'accusation de conflit qui pesait sur lui.

"Importuner, jamais ! Je profite simplement des beautés de ce musée. J'adore le concept des visites de nuit, quand on est enseignant comme moi, c'est un des rares moments de liberté qui nous reste !"

Noah se vieillissait volontairement. Il n'était pas diplômé, et certainement pas professeur à part entière. A peine un intervenant de passage, avec un contrat court, qui à la moindre incartade ne serait pas reconduit pour l'année scolaire à venir ; on le lui rappelait parfois. Mais de façon générale, son charme naturel lui apportait suffisamment de points dans l'estime d'autrui pour qu'on ne l'ennuie pas avec ce statut intermédiaire, précaire certes, mais qu'il jugeait aussi pratique, dans certaines occasions. Et par exemple, pour nouer connaissance. Quand on le considérait comme un jeune homme inexpérimenté, il rappelait qu'il était professeur ; quand on s'inquiétait de ne pas avoir accès à quelqu'un d'assez décontracté, il se conduisait comme un étudiant qui fait un simple job.

En ce moment, son but était de se faire passer, non pour un gamin innocent, mais pour un adulte respectable. Son discours était plutôt celui d'un vieil homme, il fallait qu'il accorde sa présentation aux mots qu'il prononçait. Toute son attitude avait adopté une arrogance aristocratique digne des descendants de planteurs coloniaux. D'un coup de tête, il renvoya sur le côté la mèche qui masquait une partie de son visage, afin de toiser le nouveau venu. Il n'aurait pas dit non à une conversation plus personnelle avec lui, ne serait-ce que pour se débarrasser de la présence des deux autres.

"Vous-même, qu'est-ce que vous en pensez ? nous parlions des wendigos. Quelques paysans armés de torches en auraient eu raison en des temps qu'on dit obscurs. Et aujourd'hui, nous n'avons même pas le droit d'avoir accès aux fichiers officiels qui révèlent leur identité. Vous n'aimeriez pas savoir où les trouver ? Savoir s'il y en a parmi vos voisins ?"


Il ne pouvait pas s'empêcher de laisser une raillerie féroce éclairer son regard comme son sourire, à répéter ces mots qui lui brûlaient la gorge. S'il s'était marié et avait eu des enfants, voilà ce qu'ils auraient entendu chaque jour, à l'école, dans leurs lieux de loisir... Voilà à quoi aurait ressemblé leurs vies. Mieux valait ne pas y songer. Le gardien hocha la tête à l'intention de l'homme qui venait de les rejoindre, comme pour le remercier de s'être mêlé de la conversation. Quant au vigile, il restait prudent, mais quitta des yeux le jeune homme prétendûment professeur pour se lancer à la recherche du chien, dont il ne trouva aucune trace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modérateur
- :
Messages : 79
Date d'inscription : 01/11/2017
Age : 35
Localisation : Demon Heights, dans la tour Harker Corporation
MessageSujet: Re: Wicked Game ~ PV Sebastian Harker   Mer 21 Fév - 16:06

Je le scrutais un peu plus pendant qu'il parlait. Durant toute ma vie d'humain mais aussi de vampire j'avais apprit doucement mais sûrement à me méfier des autres, surtout des personnes qui avaient pour habitude d'afficher un visage presque trop angélique pour être vrai. Mon ouïe ne m'avait pas trompé et il m'avait sembler avoir entendu ce gardien de ce lieu de ce jeune homme. Certes il avait raison etc'était honorable de sa part mais... Quelque chose clochait, je ne saurais réellement dire quoi.

Il me demandait alors ce que je pensais des wendigos. Question épineuse car cette espèce est de loin la plus complexe à comprendre. Enfin... Les vampires n'étaient pas loin des wendigos en ce qui concerne la personnalité sanguinaires et l'alimentation. Mais... Au moins, nous les vampires, n'avions aucun intérêt à réellement tué les gens. Juste prélever ce qu'il faut de sang sans pour autant déchiqueter la personne nous suffisait amplement. Mais à ce qu'il disait je fronçais légèrement les sourcils pour essayer de bien saisir où il voulait en venir au juste avec ses déclarations.

- Et bien, je n'ai pas d'avis tranché sur ce sujet car je n'en ai jamais réellement rencontré... Le maire de notre chère ville s'en ai déjà occupé il me semble. Et puis ce ne sont pas les seuls à devoir subir une vigilance des plus strictes. Vous comprendrez bien que si il laissait les dites informations dont vous me faites part s'exporter aux oreilles de la population il est fort possible qu'une seconde guerre civile ait lieu. J'espère que ce n'est pas cela que vous désirez? Vous savez... Je pense que parfois il est préférable de ne pas savoir la vérité sur certaines choses. C'est mieux pour la cohabitation de tous.

Je croisais les bras sur mon torse en esquissant un petit sourire en coin. Le gardien du musée avait rejoint alors le vigile qui s'était alors éclipsé pour "courir" après le chien qu'il avait cru apercevoir, laissant ce jeune homme et moi seuls dans cette partie de la bâtisse.

_________________
My Heart Is A Ghost Town
   I died last nigh, the time was thron at the wind; . I walked into the flames, called out your name but there was no answer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
- :
Messages : 36
Date d'inscription : 29/01/2018
Age : 22
Localisation : Avec un élève, ou à table
MessageSujet: Re: Wicked Game ~ PV Sebastian Harker   Mer 21 Fév - 19:38

"Oh, vous faites partie des gens qui croient que la paix s'achète au prix du silence. Ma liberté s'arrête là où commence celle de mon voisin... qu'il soit tueur en série, mari violent, cruel envers son chien... ou qu'il soit un wendigo."

L'inconnu allait finir par se dire qu'il faisait une fixation sur cette espèce en particulier. Il aurait dû dire "créatures" mais le nom de son propre clan était venu de lui-même sur sa langue. C'était un réflexe naturel. Mais il ne voulait pas que son petit jeu devienne trop évident, en tout cas trop vite ; maintenant que les deux autres avaient quitté les lieux, et qu'il se trouvait face à un interlocuteur intelligent, pas spécialement hostile et apparemment curieux de son chemin de pensée, il aurait pu envisager de lui révéler la vérité. Pas directement, bien sûr. C'était un cadeau qui devait se mériter. Il enchaîna donc rapidement :

"C'est la plus étrange défense que j'ai entendue pour ces sales bêtes. Entre l'argument écologique – si ils existent, c'est qu'ils sont utiles en tant que prédateurs – et l'argument médical – les pauvres sont malades, il faut leur trouver un remède, pas les abattre – en passant par l'argument de la sensiblerie – eux aussi ils ont des enfants qui les aiment... je crois que c'est mon préféré : la petite défense bourgeoise du bon voisin qui dort avec les boules quiès."


Il y avait du mépris dans sa voix. D'où tirait-il cette expression, il ne le savait pas lui-même, mais il la ressentait sincèrement, jusqu'au plus profond de son âme. Il aurait peut-être eu envie que quelqu'un le démasque et l'arrête, comme ces abrutis de tueurs en série qui finissaient par commettre une erreur volontairement, après avoir échappé pendant des années à la police. Machinalement, son regard glissa vers un tableau contre le mur qui représentait un homme debout au bord d'une falaise. Une boîte à côté recueillait les réponses des visiteurs à un petit sondage : choisissez un titre pour ce tableau. Il avait inscrit "suicide". Si un jour il imaginait être sujet à ce genre de faiblesse, il s'autodétruirait, plutôt que de mettre sa famille en danger. Enfin... Il était le dernier de la fratrie, il fallait qu'il vive et qu'il procrée sinon la famille disparaîtrait de toute façon, au bout de quelques années. Un frisson désagréable lui parcourut l'échine. Tiens, les enfants : voilà un bon argument qu'il pouvait utiliser.

"Mais le jour où ses propres enfants disparaissent, bien sûr... Vous n'avez pas d'enfants, vous."
Ce n'était pas une question. C'était une affirmation. Il voyait très mal un homme aussi propre et net faire sauter de petits êtres baveux et couverts de terre sur ses genoux. Il y avait simplement incompatibilité entre les concepts. Mais il pouvait toujours être détrompé. Ou l'autre pouvait mentir, après tout, Noah mentait bien, lui...
"J'ai mes jeunes élèves, moi, et je me sentirai responsable si l'un d'eux disparaît. Parce que j'aurais pu faire quelque chose pour l'éviter, et je ne l'ai pas fait à temps."

Son regard se plongea dans celui de l'inconnu ; il essayait de déterminer s'il était humain. Est-ce qu'un humain aurait vraiment parlé ainsi ? Bien sûr. Certains de ses élèves le faisaient. Il avait beau leur faire valoir la plus élémentaire prudence, certains étaient même enthousiasmés de se retrouver dans un monde plein de créatures légendaires, d'autant que parmi leurs camarades pouvaient se cacher de telles créatures, anxieuses de dévoiler leur nature profonde. Pas une seconde ils ne soupçonnaient leur professeur. Il avait l'air trop humain à leurs yeux : leur imagination leur dépeignait des individus ténébreux et solitaires, mélancoliques, voire marqués. Ils ne se doutaient pas avec quelle facilité on peut dissimuler ses marques, ou sa solitude, quand on n'a aucun intérêt à les exhiber. Il se demandait, en ce moment, si ça pouvait avoir un intérêt ce soir, avec ce visiteur en particulier. Tout en discutant, il lui laissa donc un léger indice : il s'avança vers une galerie qui montrait des personnages célèbres face à leurs miroirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modérateur
- :
Messages : 79
Date d'inscription : 01/11/2017
Age : 35
Localisation : Demon Heights, dans la tour Harker Corporation
MessageSujet: Re: Wicked Game ~ PV Sebastian Harker   Dim 4 Mar - 12:27

Je crois que ce type avait vraiment un soucis avec cette espèce... A moins que... Non c'était... J'étais perdu. C'est sûr quelque chose clochait avec ce type mais je ne saurais dire quoi. Parfois les "monstres" avaient des apparences très banales. Il faut de ce fait être toujours sur ses gardes, au cas où quelque chose se passeraient.Avec le temps j'avais appris que parfois ceux qui accusent une partie de la population était pareil ou pire à eux. Mais je ne pouvais pas approuver ma théorie qui trottait dans ma tête.
Puis l'inconnu me fit remarquer que ma remarque était des plus inhabituels. Il avait réussi à analyser ma classe sociale mais il avait tout faux en ce qui concernait mes affiliations. Bien sûr que j'avais eu un enfant, mais je garderais cet information secrète bien que ce dit bambin, là où il était, n'avait jamais eu à craindre quoi que se soit, pareil pour sa mère... Et même si j'en avais eu à l'instant présent je ne les aurais jamais éduqué à la haine. Même si des espèces sont très dangereuses pour eux. Je leur aurais appris la tolérance mais surtout la simple méfiance. La base de ce qu'on peut apprendre à un enfant. J'étais moi-même un "monstre" donc je pouvais comprendre l'effet que ça fait le regard haineux des autres sur notre personne.

- En effet mais je ne vois pas en quoi cela biaiserait mon jugement... Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites... On peut toujours faire quelque chose. Toujours.

On pouvait penser que je l'avais dit tout simplement à cet homme mais en réalité c'était une remontrance contre moi-même. J'aurai pu éviter ces malheurs... Sauver Alice... Sauver mon fils... Eviter de croiser la route de ce taré de vampire... Mais le passé était le passé et je ne pourrais rien changer.
Je regardais alors le jeune homme marcher dans l'allée. Je le suivais en laissant une certaine distance entre nous. Je me méfiais toujours de lui. Une question me brûlait alors les lèvres. Cela pouvait se montrer risquer mais il voulait tenter de savoir les intentions véritables de ce type. Faisait-il parti d'un des gangs qui arpentait la ville pour tenter d'y remettre le chaos ou au contraire calmer le jeu. Quoi que dans son cas le chaos était plus présent.

- Avez vous perdu des proches durant la guerre civile?

_________________
My Heart Is A Ghost Town
   I died last nigh, the time was thron at the wind; . I walked into the flames, called out your name but there was no answer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
- :
Messages : 36
Date d'inscription : 29/01/2018
Age : 22
Localisation : Avec un élève, ou à table
MessageSujet: Re: Wicked Game ~ PV Sebastian Harker   Jeu 8 Mar - 19:51

Surpris par la question, Noah sortit de son personnage de sale petit râleur, et fut incapable de trouver un mensonge pour répondre habilement, en évitant de répondre. Il ne pouvait pas cacher cette information. Elle était facile à vérifier. Comme beaucoup d'autres à son sujet, si on s'en donnait la peine, mais par chance, les gens le faisaient rarement. Il répondit donc du tac au tac, et de l'air le plus froid et détaché qu'il put se donner :

"J'ai perdu tous mes frères et soeurs, à ce que je sache. S'il m'en reste, ce sont des bâtards et je ne les connais pas. Pourquoi ?"

Il haussa les épaules. Cet homme venait après tout de lui déclarer que, enfants ou pas, ça ne changeait rien au regard qu'on portait sur le monde, et sur sa situation politique ; eh bien, frères et soeurs ou pas, c'était pareil, sans doute. Noah choisissait délibérément d'ignorer l'aspect tragique et traumatique que pouvait recouvrir une perte, par opposition à une simple absence, si regrettée soit-elle. Il n'avait aucune envie de s'apitoyer sur son propre sort. Jamais il n'avait parlé à personne de ce qu'il ressentait en pensant à ces défunts. Il n'allait pas commencer ce soir.

La vérité, c'est qu'il éprouvait surtout une colère enragée envers lui-même : il s'était brouillé avec toute sa famille, pour une femme, pour une amourette, et quand il était revenu, c'était trop tard pour se réconcilier avec ceux d'entre eux qu'il avait le plus aimés. Il ne lui restait que ses vieux parents, en deuil, vieillissants, et toujours aussi revêches qu'ils l'avaient été de tous temps ; spectres intolérables du foyer qui avait existé autrefois. Et il avait du mal à ne pas culpabiliser pour cette horrible métamorphose. S'il avait été là, le jour où c'était arrivé... Eh bien, il serait mort lui aussi, certainement, se disait-il pour se remonter le moral ; il n'aurait probablement rien pu faire. Mais ça ne fonctionnait pas.

"Moi aussi, j'estime que ça ne change rien. Je suis sain d'esprit, je hais la mort et j'aime la vie, voilà tout. Je ne fais que suivre la voix de la raison."


Son regard s'arrêta longuement sur le tableau qu'il avait intitulé "suicide". Eh bien, il ne mentait pas vraiment. Il aimait la vie, quand elle était aimable. Pouvait-on considérer que sa tendre amoureuse de jadis s'était suicidée ? Grande question philosophique, qu'il ne poserait pas non plus à quelqu'un qui se méfiait Ses paupières clignèrent, comme pour chasser quelque chose qui serait passé dans son regard brièvement. Puis il se tourna vers l'inconnu en faisant mine de laisser cette contemplation derrière soi, comme on le fait généralement d'une exposition qu'on a appréciée sur le moment, mais qui ne mérite pas qu'on y repense toute la nuit.

"Il y a un petit jeu qui est proposé aux visiteurs, trouver un titre à ce tableau. Vous l'appelleriez comment ?"

Ce serait une façon de mieux connaître cet homme, de mesurer précisément ses intentions et ses capacités, en quelques mots seulement ; en fait, c'était un test psychologique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modérateur
- :
Messages : 79
Date d'inscription : 01/11/2017
Age : 35
Localisation : Demon Heights, dans la tour Harker Corporation
MessageSujet: Re: Wicked Game ~ PV Sebastian Harker   Mer 21 Mar - 19:10

Je ne comptais pas perdre une seule seconde la face contre ce type. J'essayais de savoir ce qu'il était, car pour un "humain" il avait une odeur particulière, et on ne pouvait tromper les sens des vampires. Il disait avoir perdu des membres de sa fratrie comme beaucoup d'autres personnes dans cette ville. Aux premiers abords il ne semblait pas plus atteint que cela, mais je me méfiais car beaucoup de personne n'affichait pas leur sentiment pour ne pas être blessé... Moi le premier.

Mes yeux suivirent la silhouette de l'homme se mouvoir doucement devant moi tout en me parlant. Cet homme était un véritable paradoxe: il dit aimer la vie mais quelques minutes avant il ne semblait que jurer par le meurtre des wendigos. Un vrai amoureux de la vie aurait un discours prônant plutôt l'harmonie entre tous et aucun mort dans les camps, tout comme le maire semblait s'atteler à faire avec les règles qu'il avait imposé depuis sa position au "pouvoir" de la ville. Je n'arrivais définitivement pas à bien comprendre ce jeune homme. Je l'observais en silence, le scrutant du regard. Je n'avais pas besoin de prononcer beaucoup de mots... Je n'en voyais plus l'utilité avec cet individu.
Puis il s'approchait des tableaux présents dans le musée, il se tournait alors vers moi, me demandant quel nom j'aurai donné au tableau qui était non loin de lui, me rappelant proposé par ces lieux aux visiteurs.
Mais à quoi jouait-il bon sang? Un speech sur la vie et maintenant un jeu de nommage de tableau? Je regardais alors le tableau sans pour autant totalement ôter mon attention de l'inconnu. Il était toujours aussi louche pour moi. Mes yeux lisèrent alors le tableau d'un rapide coup et je cherchais alors un titre. L'ambiance dépeinte dessus était quelque peu... Lugubre... Les formes n'étaient pas "belles", ni lumineuses mais sombres et tristes.... Comme si une légère souffrance du peintre s'y était déposée lorsqu'il avait fabriqué son oeuvre? On y voyait un homme à sa fenêtre qui semblait ide à l'intérieur, son regard vide orienté vers le plafond. Peut-être était-il pensif sur un souvenir ou, au contraire, sur un avenir incertain.

Je me frottais nerveusement les mains l'une avec l'autre en portant de nouveau mon regard sur l'individu que je trouvais louche.

- Perdu... Je dirais que je le renommerais "Perdu".
Et vous, qu'en pensez-vous?


A moi d'en savoir un peu plus sur ces pensées. Car oui je me doutais que sa question était une sorte de test pour savoir comment il pourrait s'adresser à moi. Mais pourquoi il faisait cela?

_________________
My Heart Is A Ghost Town
   I died last nigh, the time was thron at the wind; . I walked into the flames, called out your name but there was no answer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
- :
Messages : 36
Date d'inscription : 29/01/2018
Age : 22
Localisation : Avec un élève, ou à table
MessageSujet: Re: Wicked Game ~ PV Sebastian Harker   Sam 31 Mar - 23:40

C'était amusant, l'homme n'avait pas l'air d'une proie. Enfin... l'air, si, tout à fait, il se tenait comme un adulte en bonne santé et il y avait largement de quoi se nourrir sur sa carcasse, qui n'avait rien de famélique. Mais il était presque... plastique. C'était difficile à définir. Noah n'avait pas spécialement faim en l'observant. Un congénère ? Non, il ne fallait pas se faire de telles illusions. Ça n'amenait qu'à être horriblement déçu ensuite. Les wendigos étaient terriblement rares dans les zones urbaines depuis la guerre, et il n'était même pas sûr de vouloir en connaître d'autres. Il se plongea dans la contemplation du tableau en cherchant à adopter la même vision, mais secoua la tête négativement. Il n'arrivait pas à voir la même chose que l'autre homme. S'ils avaient été chez un psy en train de passer ce test, un d'eux aurait obtenu la qualification de personne saine, et l'autre non, sans doute... à moins qu'ils soient deux cinglés, à des stades différents.

"Perdu ? C'est amusant, j'ai l'impression qu'il sait trop bien où il est, au contraire. Je l'appelerais... Remords, par exemple. Mais l'art est subjectif, je suppose, question de point de vue."

Remords. Ils savaient très bien tous les deux le poids de ce mot, Noah en était certain. Mais peu de gens auraient accepté de comparer leurs propres remords avec ceux que pouvait nourrir un être de son clan. Non, il y avait une différence fondamentale... lui ne la voyait pas, mais le reste du monde ne voyait que ça, bien sûr. Cela dit, il n'était pas complètement opposé à l'interprétation de son interlocuteur. On avait généralement des remords parce qu'on avait perdu. Un jeu, une entreprise sérieuse, un objet, une personne importante. On avait failli à une de ses responsabilités. Et l'on prenait les sursauts de l'ego humilié pour une manifestation de la conscience. Noah se rendit compte que l'homme de la sécurité avait pris place à côté de la porte, et le surveillait pour s'assurer qu'il ne dérange pas les autres visiteurs. Il lui adressa un petit sourire et un signe de la main, pas gêné pour un sou, puis se tourna de nouveau vers le

"Vous avez perdu qui, vous ? Pour que cette question vous soit venue à l'esprit ?"

Il se tourna vers trois autres portraits arrangés en triptyque, qui représentaient cette fois des moments joyeux de la vie : une fête de famille dans un jardin ensoleillé ; une scène de baignade en amoureux, dans un étang bordé de saules ; et une bande d'amis autour d'un feu de camp. Machinalement, Noah se plaça devant le tableau qui représentait la famille. Il avait déjà été clair sur ce point. Mais il se tenait à mi-chemin entre les deux premiers tableaux, laissant suggérer sans le dire à voix haute que son couple aussi avait souffert de la guerre. Il n'avait pas besoin de s'épancher ou d'être précis. Il laissait seulement deviner de vagues notions, les fantômes qui suivaient ses pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modérateur
- :
Messages : 79
Date d'inscription : 01/11/2017
Age : 35
Localisation : Demon Heights, dans la tour Harker Corporation
MessageSujet: Re: Wicked Game ~ PV Sebastian Harker   Lun 2 Avr - 18:30

Chacun avait sa vision, autant ce type que moi... Et chaque jour, au travers de mes clients ou même de mes employés, j'essayais de comprendre les visions des autres. Car qui dit large vision, dit meilleur appréhension du monde qui nous entoure. Un monde nuancé de gris et non manichéen. Sa question me fit un peu froncés les sourcils, j'y répondais alors sans vraiment donner des informations très précises. Ne pas craquer devant cet homme étrange était mon objectif.

- J'ai perdu des proches, des gens à qui je tenais beaucoup. Tragiques circonstances mais la vie est ainsi.

En même temps que nous "discutions" nos regards passaient alors sur une série de 3 tableaux un peu plus joyeux que celui que nous venions d'analysés. Ils représentaient trois situations impliquant des relations familiales, amoureuses mais aussi et amicales. Le brun se plaçait alors entre celui de la famille et du couple. Est-ce que cela avait un sens? Avait-il eu des intrigues dans sa vie autour de ses deux thèmes, les impliquant plus ou moins l'un dans l'autre? Aucune idée mais je doute qu'il m'en parle comme cela aussi ouvertement. Alors autant essayer.

- Je suppose que les thèmes de ces tableaux ne vous sont pas indifférents. Comme tout à chacun je le conçois... Est-ce que ses thèmes vous sont chers ou ils vous importent peu?

Je le voyais mal être à fond dans ses relations. Après je pouvais me tromper, mais cela, n'était que des suppositions. Il était plutôt cynique en général, du moins de ce que je pouvais voir, mais il devait bien avoir des amis, une amourette, ou au moins une famille; mais après les natures de ce genre de relation était intime et différente d'une famille à une autre.

_________________
My Heart Is A Ghost Town
   I died last nigh, the time was thron at the wind; . I walked into the flames, called out your name but there was no answer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
- :
Messages : 36
Date d'inscription : 29/01/2018
Age : 22
Localisation : Avec un élève, ou à table
MessageSujet: Re: Wicked Game ~ PV Sebastian Harker   Lun 2 Avr - 19:20

Deux femmes qui se promenaient dans le sens inverse faillirent les croiser un peu trop frontalement, captivées par les tableaux, et s'arrêtèrent au dernier moment, avec un petit rire nerveux. Elles les fixèrent en les contournant. Elles ne se doutaient de rien, consciemment. Mais leur nature profonde de proies les avertissait discrètement qu'elles venaient d'esquiver deux êtres prédateurs. Le wendigo avait vu palpiter à leur gorge la petite veine affolée pendant quelques secondes, envoyant le sang au cerveau pour les préparer à prendre la fuite précipitamment. Comment se seraient-elles comportées, s'ils les avaient vraiment prises en chasse ; se seraient-elles soutenues, ou trahies ? L'instinct de groupe aurait-il été le plus fort, ou l'instinct de survie ?

"La vie est ainsi, c'est vrai."

Son regard revint au tableau. Il n'avait pas vraiment répondu à la question, mais les mots ne lui venaient pas vraiment. Il avait un moment de blanc, comme souvent quand son esprit se déconnectait pour libérer ses velléités sanguinaires en pleine lumière. En touchant le bout de ses canines de sa langue, il s'aperçut qu'elles étaient à peine plus pointues qu'à l'ordinaire. Il fallait qu'il soit plus prudent. C'était difficile... il n'en avait vraiment pas envie. Mais cet univers n'était pas le sien, c'était la grande ville, les salles closes et pleines de témoins. La civilisation. Il haussa les épaules pour se donner l'air décontracté, mais la légère crispation de sa mâchoire ne laissait sans doute aucune illusion au regard observateur et clair qui le détaillait.

"Jouons à un petit jeu. Si je vous confie quelque chose, il faut que vous me rendiez la politesse. Ce n'est que justice. Vous avez un petit avantage, vous avez commencé."

Ses mâchoires claquèrent, et il se calma. Mais les deux femmes qui les avaient observés au passage poussèrent un petit cri, puis rirent : elles avaient cru voir sur le mur un grand chien noir qui se coulait d'un air menaçant au long du mur, mais ce n'était qu'une ombre, celle de Noah. Il s'était calmé à la dernière seconde.

"Bien. Je dirais volontiers que je suis très attaché à ma famille, mais pour ce qu'il en reste... En revanche, j'aime de tout mon coeur la personne qui partage ma vie – oh, en réalité, elle ne la partage pas encore. Qui sait si elle existe seulement." Un rire narquois de sa part répondit au petit rire cristallin et innocent des deux inconnues, dont le doux écho éclairait encore les tableaux ensoleillés de leur délicate lumière. Comme le soleil dissipe les brumes de la nuit, son rire à lui dissipait la lumière pour l'entacher d'ombres. "Allons, à vous maintenant. Qu'est-ce qui compte le plus à vos yeux ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Wicked Game ~ PV Sebastian Harker   

Revenir en haut Aller en bas
 
Wicked Game ~ PV Sebastian Harker
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» wicked game + Skar'
» 01. Spy Game in McKinley High [CLOS]
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» Sebastian Lacrymosa
» Eyeshield 21 saison 2 Sur Game One en mai

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demon's height :: Partie rpg :: Quartier culturel :: Les musées/galeries d'art-
Sauter vers: